Revenir au site

L'actualité des marchés financiers

Choc de politique monétaire japonaise

La récession la plus anticipée

La lutte contre l'inflation par la BCE

· Actualité financière

Choc de politique monétaire japonaise

The Daily Shot : « Japon : la BoJ a choqué les marchés en élargissant la bande de taux des JGB (emprunts d’état NDLR) à 10 ans à 50 pb contre 25 pb. Le rendement du JGB à 10 ans a bondi au plus fort en près de deux décennies après le resserrement monétaire. »

Jim Reid – Deutsche Bank : « La plus grande histoire sur les marchés en ce moment vient de la Banque du Japon, qui a apporté un changement surprise à sa politique de contrôle de la courbe des taux. Ils ont élargi la fourchette des rendements obligataires à 10 ans de +/- 0,25 % à +/- 0,5 %, ce qui a en fait libéré les rendements du plafond de 0,25 % qui les avait limités ces derniers mois.

La BoJ a encadré cette décision autour du fonctionnement du marché, le gouverneur Kuroda déclarant qu'il ne s'agissait pas d'une hausse des taux. Et pour être juste, ils ont annoncé une augmentation des achats d'obligations à 9 billions de yens par mois, contre 7,3 billions de yens. Qui sait où les JGB se négocieraient sans cela. Néanmoins, ces mouvements sont à juste titre considérés comme le début d'un abandon de la politique monétaire ultra-accommodante de ces dernières années et avec des implications mondiales.

Notre économiste japonais chez DB écrit que plusieurs facteurs expliquent la décision de la BoJ d'agir aujourd'hui. Le plus important est le remaniement à venir à la Banque du Japon, car les responsables ont peut-être estimé que s'en tenir trop fermement à l'assouplissement pourrait encourager la sélection d'un gouverneur plus belliciste favorisant une normalisation politique agressive. Parmi les autres facteurs, citons la baisse des rendements mondiaux au cours des dernières semaines, qui a atténué la pression à la hausse sur les rendements japonais, ce qui signifie que la BoJ a peut-être estimé que le choc d'un changement YCC ne serait pas aussi important. Il doit également y avoir un élément de synchronisation avec les vacances de Noël, puisque peu d'investisseurs étrangers vendront activement des JGB et que beaucoup d'entre eux sont en vacances dans le monde entier.

Le fait que les investisseurs voient le mouvement d'aujourd'hui comme annonçant un changement plus important ressort clairement de la réaction du marché. Le yen s'est renforcé de +3,4 % par rapport au dollar américain au moment de la rédaction, et les rendements des JGB à 10 ans ont atteint leur plus haut niveau depuis 2015 du jour au lendemain. Cela s'est répercuté plus largement sur les marchés mondiaux, les rendements américains et européens grimpant dans ce contexte alors que l'ancrage des marchés obligataires mondiaux a été levé. En effet, les obligations de la zone euro ont eu du mal à faire une pause ces derniers temps, les rendements allemands à 2 ans atteignant un nouveau sommet après 2008. L'une des raisons pour lesquelles nous ne sommes pas haussiers sur les obligations en 2023 (baissiers en Europe) même avec un appel à la récession est que l'inflation est toujours élevée et que la prime de terme mondiale est encore faible.

Vous êtes peut-être en train de vous détendre pour les vacances maintenant, mais 2022 ne veut tout simplement pas se terminer sans un dernier hourra ! »

Otavio (Tavi) Costa – Crescat Capital : « Les nouvelles de la BOJ sont incroyablement pertinentes pour l'or à long terme. Cela ajoute la question suivante : Pourquoi les banques centrales devraient-elles accumuler des obligations souveraines dans leurs réserves de change ?

L'or en % de leurs réserves internationales a culminé à 74 % en 1980. C'est maintenant moins de 18 %. »

La récession la plus anticipée

Christophe Barraud : « La récession américaine la plus anticipée de l'histoire moderne. »

La lutte contre l'inflation par la BCE

MacroAlf : « Comme toutes les autres banques centrales essayant de lutter contre l’inflation, la BCE estime qu’elle doit porter les taux nominaux de la BCE de 50 à 100 points de base au-dessus (et non en dessous) du niveau de l’inflation sous-jacente. Quelques calculs de base pour décembre 2023 :

Inflation sous -jacente attendue : 4,2 %

Taux de dépôt BCE implicite du marché : 3,3 %

Ce n’est pas suffisant.

Et en effet, après la réunion de la BCE, « plusieurs sources » ont indiqué des hausses de 3 x 50 pb au cours des 3 prochaines réunions.

La BCE tentera en effet d’arriver à des taux de 4% dès que possible.

4% de taux sans risque en Europe pose la question : qu’en est-il de l’Italie & Cie ?»

MacroAlf : « Considérez que pendant les 7 dernières années, la BCE a acheté la totalité des émissions d’obligations d’État. Tout.

Mais en raison de la hausse des déficits et du QT, en 2023, la situation va radicalement changer et les investisseurs privés devront plutôt absorber un montant record d’obligations. »

MacroAlf : « Pour des pays comme l’Italie, une combinaison de réserves excédentaires en diminution rapide et de la nécessité pour les investisseurs privés d’intensifier et d’acheter leurs nouvelles émissions obligataires en 2023 pourrait bien s’avérer très très délicate.

Des conditions macroéconomiques plus dégradées incitent les investisseurs à être plus prudents ;

Or, les pays périphériques auront davantage besoin des achats des investisseurs privés pour leurs émissions obligataires en 2023 ;

Mais les réserves excédentaires vont se réduire, et donc les banques (parmi les plus gros acheteurs d’obligations périphériques) vont adopter une attitude plus conservatrice ;

Ce manque d’acheteurs exactement au moment où ils seraient nécessaires se traduira par des spreads de crédit beaucoup plus larges nécessaires pour convaincre les investisseurs privés d’intervenir.

Le graphique ci-dessous fait référence aux États-Unis et montre comment une quantité décroissante de réserves tend à exiger des écarts de crédit plus larges pour que les investisseurs prennent des emprunts plus risqués.

La même chose est susceptible de se produire en Europe.

Des temps difficiles s’annoncent pour les emprunteurs faibles. »

Immobilier US

The Daily Shot : « États-Unis : le sentiment des constructeurs de maisons a frôlé les creux du choc COVID ce mois-ci. »

Cet article ne constitue pas un conseil en investissements. Les propos cités n'engagent que leurs auteurs. Pour tout conseil en investissements, veuillez faire appel à une consultation personnalisée. Thinkcgp.com, Andy Bussaglia et Mon Bureau Patrimonial déclinent toute responsabilité en cas de préjudice causé par des investissements qui auraient été inspirés par la lecture des articles. Vous devez toujours garder à l'esprit : que l'investissement peut impliquer un risque important de perte en capital ; que le rendement de tout instrument financier mentionné sur ce site Internet peut être volatil et peut évoluer à la hausse comme à la baisse; que les performances passées ne préjugent pas des performances futures ; que les taux de change peuvent avoir un impact sur la valeur des investissements ; et que si vous avez des doutes concernant toute Information, vous devriez consulter votre conseiller en gestion de patrimoine.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK