Revenir au site

L'actualité des marchés financiers

La récession est-elle pricée ?

Intéressants mouvements sur certains secteurs / classes d'actifs

Début de bankrun en Chine

Une situation inédite pour le marché des taux et du crédit

Effondrement de la balance commerciale = effondrement de l'euro

· Actualité financière

La récession est-elle pricée ?

Thomas Callum – ChartStorm : « Avec un rapide coup d'œil sur le mouvement du marché boursier par rapport à la trajectoire du PMI, on pourrait dire que le S&P 500 intègre déjà le risque de récession dans une certaine mesure… »

Thomas Callum – ChartStorm : « Même si nous prenons cette évaluation ou cette interprétation au pied de la lettre, le tableau est un peu incomplet. Et même si la conclusion est vraie, les arguments en faveur de l'optimisme peuvent être faux.

 

Le cas optimiste serait quelque chose comme "bon, la récession est déjà intégrée, donc un creux est proche" ... en d'autres termes, parce que le risque d'une récession est déjà une idée assez consensuelle, il est déjà dans le prix, et c'est donc l'étendue du problème, ou plus simplement : vendre la rumeur, acheter la nouvelle.

Cela laisse de côté un tas d'autres considérations telles que les valorisations au point de départ et des questions sur la mesure dans laquelle le mouvement des actions reflète la flambée des rendements obligataires, la flambée de l'inflation et les chocs géopolitiques, etc., par rapport à la trajectoire probable des bénéfices en période de récession.

Mais l'omission la plus importante est qu'elle ne traite pas de l'ampleur ou de la durée de la récession. En d'autres termes, tout ce que nous pouvons dire, c'est que la bourse se comporte comme si l'ISM allait descendre en dessous de 50, et c'est tout.

Ainsi, le point de vue pessimiste/baissier serait de considérer que l'ISM est une cible mobile (vers le bas). Et le graphique ci-dessous est l'un des rares exemples d'indicateurs avancés qui indiquent une baisse plus prononcée que le cours actuel (et qui laisse toujours ouverte la question de la durée). »

Thomas Callum – ChartStorm : « Cela dit, il est vrai que lorsque vous avez une situation où le marché évalue ostensiblement la récession et que le sentiment/positionnement est nettement baissier, il ne faut pas grand-chose en termes de bonnes nouvelles (ou simplement de moins mauvaises nouvelles) pour déclencher une reprise potentiellement forte.

Tout cela pour dire, fondamentalement - vue d'ensemble : risque de baisse supplémentaire (c'est un marché baissier après tout), et en fond : risque de hausse (même les plus gros marchés baissiers ont connu des rallyes majeurs à contre-tendance). »

Intéressants mouvements sur certains secteurs / classes d'actifs

The Daily Shot : « L'indice Bloomberg Commodities a corrigé le mois dernier, bien qu'il ait rarement produit un rendement aussi positif au cours du premier semestre. »

The Daily Shot : « Les flux de fonds relatifs entre les secteurs défensifs et cycliques ont été extrêmes. »

Au global, sur les actions, les flux (bleu clair) ont atteint un pic et n'ont pas (encore) baissé, contrairement aux obligations (bleu foncé) :

Secteur énergies vs secteur tech : mêmes pertes entre le point haut et le point bas depuis 52 semaines :

Début de bankrun en Chine

Investir : « L’agence Bloomberg a rapporté que le ministère chinois des Finances envisageait d'autoriser les autorités locales à émettre pour 1.500 milliards de yuans (219,4 milliards d'euros) d'obligations au second semestre, pour financer de nouvelles dépenses d’infrastructures. »

The Daily Shot : « Les prix du cuivre ont augmenté en conséquence. »

Et pendant ce temps :

Forex Live : « Les inquiétudes grandissent quant au risque d'une panique bancaire à grande échelle en Chine. »

Jennifer Zeng : « C'est énorme. Je ne sais pas comment cela va se terminer. La banque du Henan n'est PAS la seule à avoir des problèmes de liquidité. Les quatre banques chinoises ont le même problème. Certains déposants ont constaté qu'ils pouvaient épargner et ne pouvaient PAS retirer d'argent avec leurs cartes bancaires. »

Electricité

Javier Blas – Bloomberg : « Le marché allemand de l'électricité n'est pas le seul à exploser. Le marché français aussi (avec un problème de parc nucléaire massivement sous-performant). Le graphique n'est pas le marché au comptant volatil, mais le futur à 1 an (soi-disant) stable, se négociant 675 % au-dessus de la moyenne sur 10 ans »

Une situation inédite pour le marché des taux et du crédit

Liz Ann Sonders – Charles Schwab & co : « Retour à l'inversion (à nouveau) pour la courbe des taux 10s2s »

Jim Reid – Deutsche Bank : « Il y a de nombreuses années, avant la création de CoTD, l'un de nos graphiques les plus utilisés était de montrer à quel point un mauvais crédit pouvait se produire en période de récession compte tenu de la configuration technique épouvantable du marché après la Grande Crise Financière (GFC). Étant donné que le moment est de nouveau opportun, il est intéressant de le dépoussiérer.

Fondamentalement, dans les bons moments, vous pouvez acheter une énorme quantité d'obligations lors d'une nouvelle émission, mais quelques semaines ou mois plus tard, vous ne pouvez vraiment négocier que des fractions de cette taille sur le marché secondaire à un prix proche du marché. Cela n'a pas d'importance dans les bons moments où les entrées sont assez régulièrement positives et où la majorité des investisseurs long only sont à l'aise d'acheter et de conserver.

Cependant, dans les périodes difficiles, même les investisseurs « longs » veulent protéger leur performance à court terme et se dirigent tous vers la même porte très étroite pour une partie de leur portefeuille, surtout s'il y a des flux sortants. Comme le montre le graphique, les stocks des intervenants ne se sont jamais remis de l'environnement réglementaire post-GFC et la capacité ou le désir d'entreposer le risque est minime, surtout en cas de crise.

Malheureusement, les données de la Fed de New York ne sont pas continues et une série chronologique pour les obligations d'entreprises pures n'est disponible qu'à partir de 2013. Cependant, nous montrons la série temporelle plus longue qui inclut des éléments tels que les titres adossés à des actifs, les obligations d'État et les obligations municipales, ce qui donne une idée de la tendance, même si elle peut être gonflée compte tenu du désendettement observé dans les obligations structurées après GFC. Indépendamment du problème de l'évaluation des stocks au fil du temps, il ne fait aucun doute qu'au cours de mes 27 années de travail sur les marchés du crédit, la liquidité disponible a diminué et, comme le montre le graphique, il ne fait aucun doute que la taille du marché a rapidement augmenté, malgré la grande baisse de la valeur du marché que vous voyez en 2022 dans le graphique d'aujourd'hui.

Alors, cette fois-ci sera-t-elle différente ? Probablement pas. Lorsque nous obtenons la confirmation d'une véritable récession qui frappe les revenus et le chômage, les produits illiquides (comme le crédit) vont probablement dépasser la tendance à la baisse pour les raisons évoquées ci-dessus. Cela offrira de grandes opportunités à ceux qui sont assez agiles pour l'exploiter, mais sur des marchés illiquides, ce sera difficile.

Début avril, nous avons relevé nos objectifs de spread IG et HY UE/US pour 2023 à +210 points de base (IG) et +850 points de base (HY) suite à notre appel à une récession aux États-Unis. Il est juste de dire que les spreads ont augmenté plus rapidement que prévu, en particulier en Europe où la situation du gaz est périlleuse. EU IG est maintenant juste au-dessus du point où nous pensions qu'il culminerait l'année prochaine. Hier soir, nous nous négociions à +211 points de base (EU IG), +165 points de base (US IG), +668 points de base (EU HY) et +580 points de base (US HY). À la lumière de tout ce que nous avons vu au cours des 3 mois et plus depuis la publication de ces prévisions, il est probable qu'elles ne soient pas suffisamment élevées pour refléter le pic terminal des écarts de crédit. Une faible liquidité dans un marché technique structurellement pauvre ne fera qu'aggraver le problème au plus fort de la récession lorsqu'elle arrivera. »

Variation de la masse monétaire US vers la baisse

Jim Reid – Deutsche Bank : « Les lecteurs réguliers sauront que je suis un fervent partisan du fait que l'inflation est partout et (surtout) toujours un phénomène monétaire. Je n'ai donc pas été surpris que l'augmentation rapide des balances M2 résultant de la réponse musclée à la crise du Covid ait fini par être constamment inflationniste et non transitoire, en particulier lorsqu'elle est combinée à des contraintes d'offre. Je continue de croire que l'inflation restera structurellement élevée dans les années à venir pour des raisons que j'ai détaillées à de nombreuses reprises (démondialisation, démographie, ESG, etc.) ; cependant, il y a un signe d'avertissement pour moi en ce moment et c'est le taux de variation du M2 américain.

Le taux de croissance sur trois mois de M2 ​​n'a atteint que 0,02 % fin mai, c'est le 2e centile de la croissance de M2 ​​dans les données remontant à 1959, comme vous pouvez le voir sur le graphique, et c’est sur le point de devenir négatif. Comme vous pouvez également le voir, les taux de croissance négatifs de M2 ​​sont extrêmement rares à l'ère moderne, même pendant les récessions.

Notamment, les données ne datent que de mai, avant le début du QT de la Fed en juin, ce qui devrait continuer à conduire à une croissance des dépôts aussi faible qu'elle l'a été récemment. Lorsque la Fed laisse arriver à échéance des titres non réinvestis, le département du Trésor (ou les émetteurs de MBS) doit se tourner vers le public pour financer les soldes sortant du bilan de la Fed. Lorsque le public paie ces balances à partir des encours de caisse, leurs dépôts sont transférés au Département du Trésor (ou à l'émetteur de MBS), les retirant ainsi du système bancaire et des agrégats monétaires.

Où cela me laisse ? Je pense toujours que ma vision de l'inflation sous-jacente tient. Non seulement nous subissons toujours un surplomb inflationniste dû à la formidable croissance des agrégats monétaires (voir le pic dans le graphique), même si la croissance des agrégats monétaires stagne, le niveau d'épargne excédentaire reste extraordinaire, alors que les marchés du travail sont toujours historiquement tendus, réapprovisionnant donc les comptes bancaires avec les salaires. En fait, bien que la corrélation entre M2 et l'inflation ne soit pas parfaite, la corrélation fonctionne mieux avec un décalage d'environ 30 mois. Étant donné que la croissance de M2 ​​en glissement annuel était de 26,9 % en février 2021, l'excédent pourrait encore durer un certain temps.

Néanmoins, le risque que M2 soit désormais sur une trajectoire inférieure mérite d'être surveillé. »

CDS sur les banques en hausse

Les CDS sur le Credit Suisse montent en flèche. Les assurances contre le défaut de la banque approchent des niveaux plus vus depuis les grandes crises financières.

Effondrement de la balance commerciale = effondrement de l'euro

Holger Zschaepitz- die Welt : « Ce graphique montre pourquoi l’Euro s'est écrasé à près de la parité avec le Dollar cette semaine. Les excédents commerciaux de la zone euro ont été complètement anéantis à cause de la crise énergétique. L'Allemagne a glissé dans un déficit commercial pour la 1ère fois en 31 ans, des déficits commerciaux ont également été observés en France et dans d'autres pays. »

Cet article ne constitue pas un conseil en investissements. Les propos cités n'engagent que leurs auteurs. Pour tout conseil en investissements, veuillez faire appel à une consultation personnalisée. Thinkcgp.com, Andy Bussaglia et Mon Bureau Patrimonial déclinent toute responsabilité en cas de préjudice causé par des investissements qui auraient été inspirés par la lecture des articles. Vous devez toujours garder à l'esprit : que l'investissement peut impliquer un risque important de perte en capital ; que le rendement de tout instrument financier mentionné sur ce site Internet peut être volatil et peut évoluer à la hausse comme à la baisse; que les performances passées ne préjugent pas des performances futures ; que les taux de change peuvent avoir un impact sur la valeur des investissements ; et que si vous avez des doutes concernant toute Information, vous devriez consulter votre conseiller en gestion de patrimoine.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK