Revenir au site

[Mise à jour] Les 10 graphiques à surveiller en 2023

· Articles

Thomas Callum (ChartStorm) nous propose une mise à jour des 10 graphiques à surveiller en 2023 sur les marchés financiers.

Traduction : Andy Bussaglia

Thomas Callum – ChartStorm : « Récession mondiale 2023 : Tous les indicateurs avancés continuent de pointer vers la récession, et rien n'a pu nier ou confondre ce signal. Au contraire, les crises bancaires ne font que soulever la perspective et la proximité d'une forte récession économique mondiale. »

Thomas Callum – ChartStorm : « Double problème : En effet, une implication clé de la crise bancaire - ET du fait que les banques centrales ont continué à relever les taux sans se laisser décourager - est que le "double resserrement" de la hausse des taux d'intérêt et des normes de prêt plus strictes n'a fait que s'intensifier. Il est difficile d'emprunter et il est difficile d'être un emprunteur dans cet environnement. »

Thomas Callum – ChartStorm : « Immobilier à risque : Un risque clé lié aux perspectives de récession, à la hausse des taux d'intérêt et au resserrement du crédit est que la surévaluation extrême de l'immobilier soit corrigée. L'immobilier résidentiel et surtout commercial doit être surveillé de près en raison du risque de spirales descendantes et de boucles de rétroaction de crise qui s'auto-alimentent. »

Thomas Callum – ChartStorm : « Déflation : L'un des aspects positifs de la baisse est peut-être qu'une croissance plus faible conduira à une nouvelle libération des capacités et donc à une baisse des pressions inflationnistes sous-jacentes. Bien que certains pourraient soutenir que ce genre de triomphe sur l'inflation est la quintessence de la victoire à la Pyrrhus. »

Thomas Callum – ChartStorm : « Bond Yield Go Down : Gap toujours béant entre le niveau des taux américains à 10 ans et les modèles macro obligataires. Les marchés obligataires restent concentrés sur le risque d'inflation et les hausses de taux - ce qui maintient les taux élevés, mais si/lorsque le risque de croissance est mis en évidence, les taux pourraient chuter rapidement et fortement pour combler l'écart. »

Thomas Callum – ChartStorm : « Logiquement, en étant haussiers sur les obligations et baissiers sur les perspectives économiques, c'est le type de contexte macro-marché qui favorise les obligations par rapport aux actions et l'indicateur avancé dans le graphique ci-dessous suggère un changement significatif de la performance relative à venir. »

Thomas Callum – ChartStorm : « Du risque monétaire au risque macro : En effet, le principal problème pour les actions à ce stade est une transition probable du risque monétaire au risque macro. Nous savons que les pires marchés baissiers sont ceux qui s'accompagnent de récession (en raison de l'impact sur les bénéfices et la confiance des investisseurs). Si la récession est réelle, le marché baissier sera plus profond et plus prolongé. »

Thomas Callum – ChartStorm : « La bulle technologique 2.0 continue de suivre son cours. Le plus grand test pour le récit populaire actuel en matière d'investissement dans les actions de croissance / technologiques sera de savoir si le postulat "le rendement obligataire baisse = les actions technologiques montent" est perturbé par les conditions de récession qui altèrent les flux de trésorerie qui entrent dans cette équation. »

Thomas Callum – ChartStorm : « Actions et obligations des marchés émergents : au milieu de tout le pessimisme, il y a des opportunités (et aussi, une bonne jonction pour noter que ces choses correspondent à des cycles, alors ne confondez pas tout cela avec les divagations d'un perma-bear, je suis un perma-pragmatique : il y a un temps pour être baissier et un temps pour être haussier et un temps pour simplement attendre, regarder et comprendre). Quoi qu'il en soit, le fait est que les actions + obligations des marchés émergents semblent toujours bon marché. »

Thomas Callum – ChartStorm : « Carte politique de la Chine : Et un suivi important de celui-ci est le point que la Chine rouvre et nous savons bien maintenant compte tenu de l'expérience dans le reste du monde que la réouverture rétablit l'activité économique. Pour ajouter à cela, nous avons observé une nouvelle dynamique de désinflation en Chine, ce qui continue d'offrir une marge de manœuvre pour de nouvelles mesures de relance. »

Thomas Callum – ChartStorm : « Résumé et principaux points à retenir :

-Tous les indicateurs avancés indiquent une récession en 2023.

-En conséquence (et parallèlement à des conditions de financement plus strictes), le stress lié au crédit et les risques du marché immobilier devraient devenir/rester un sujet brûlant cette année.

-Une croissance plus faible entraîne probablement une baisse des pressions sur les prix (peut-être même un risque de déflation).

-Tout cela soutient l'idée que les obligations montent ; Les rendements à 10 ans pourraient fortement baisser.

-Pour les actions, il s'agit d'une situation de passage du risque monétaire/inflationniste de l'année dernière au risque macroéconomique cette année, et les actions sous-performent probablement par rapport aux obligations alors que les obligations se redressent et que les actions poursuivent dans le processus du marché baissier.

-Les actifs des marchés émergents (actions et obligations souveraines) semblent prometteurs, mais certaines choses doivent aller de l'avant, comme un pic des taux directeurs des marchés émergents et la prolongation de la faiblesse du dollar américain.

-Malgré le pronostic généralement sombre, il reste de nombreuses opportunités pour les allocataires d’actifs à mesure que le cycle progresse et que l'équilibre risque / récompense change.

Dans l'ensemble : je répéterais ma plaisanterie sur le fait qu'il s'agit d'un "cycle étrange mais familier", en particulier dans la mesure où bon nombre des panneaux de signalisation macro/allocation d'actifs habituels que nous suivons habituellement continuent de fonctionner et indiquent assez clairement les prochaines étapes. Par conséquent, du point de vue de l'allocation d'actifs, je serais surpondéré sur le défensif (liquidités et obligations d'État) par rapport à sous-pondéré sur les actifs de croissance (actions, matières premières, crédit) compte tenu de la situation actuelle. »

Thomas Callum – ChartStorm : « Merci d'avoir lu!

n.b. ces graphiques ont été présentés pour la première fois dans le rapport spécial de fin d'année 2022 - cliquez pour le rapport complet (téléchargement gratuit)

Cordialement

Callum Thomas »

Andy BUSSAGLIA est conseiller en gestion de patrimoine depuis plus de 12 ans.

Il est associé-gérant du cabinet Mon Bureau Patrimonial.

Cet article ne constitue pas un conseil en investissements. Les propos cités n'engagent que leurs auteurs.

Pour tout conseil en investissements, veuillez faire appel à une consultation personnalisée.

Thinkcgp.com, Andy Bussaglia et Mon Bureau Patrimonial déclinent toute responsabilité en cas de préjudice causé par des investissements qui auraient été inspirés par la lecture des articles.

Vous devez toujours garder à l'esprit :

• que l'investissement peut impliquer un risque important de perte en capital ;

• que le rendement de tout instrument financier mentionné sur ce site Internet peut être volatil et peut évoluer à la hausse comme à la baisse;

• que les performances passées ne préjugent pas des performances futures ;

• que les taux de change peuvent avoir un impact sur la valeur des investissements ; et

• que si vous avez des doutes concernant toute Information, vous devriez consulter votre conseiller en gestion de patrimoine.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK