Revenir au site

L'actualité des marchés financiers

Credit crunch incoming

Positionnement des marchés actions

Actifs tangibles à long terme

· Actualité financière

Credit crunch incoming

Christophe Barraud : « La crise du crédit au niveau des entreprises US ne fait que commencer »

Otavio (Tavi) Costa – Crescat Capital : « Les taux des obligations junk s'écartent sensiblement de la volatilité globale des actions, qui semble être opprimée de manière déraisonnable.

Pour mettre cela en perspective, la dernière fois que les obligations junk ont cédé près des niveaux actuels, le VIX oscillait autour de 50.

Aujourd'hui, la volatilité des actions est au même niveau qu'au plus haut du S&P 500 en décembre 2021.

Les obligations à haut rendement ne sont pas les seuls instruments présentant cette configuration.

Les taux des obligations de qualité supérieure sont également élevés et complètement déconnectés des niveaux du VIX, qui sont désormais à un plus bas depuis 2 ans.

En évaluant la pertinence des événements historiques, les multiples élevés actuels des marchés boursiers américains n'ont pas encore pris en compte l'impact potentiel d'une économie en contraction et d'un coût du capital supérieur à la moyenne historique.

Par conséquent, la faible volatilité actuelle de l'ensemble des actions est injustifiée et est sur le point d'augmenter considérablement. »

Thomas Callum – ChartStorm : « Risque de défaut du gouvernement américain ? Au cas où vous l'auriez manqué, le débat/la débâcle sur le plafond de la dette revient une fois de plus à l'horizon du macro-marché. Pour ceux qui auraient pu passer à côté, la dernière fois que cela a été un problème majeur, c'était en 2011, lorsqu'il est devenu un tel problème que S&P a abaissé la note de crédit souveraine des États-Unis. L'idée est que la scission entre le Congrès et le Sénat signifiera qu'une levée procédurale de la limite de la dette pourrait se transformer en un autre champ de bataille politique vicieux - le risque extrême étant un défaut si la limite n'est pas augmentée à temps. En termes de timing, nous ne savons pas exactement ce que cela signifie : cela pourrait être début juin ou plus tôt si une baisse des prélèvements fiscaux signifie que le gouvernement manque d'argent, ou pourrait être plus tard. Mais fondamentalement, c'est à l'horizon visible du marché maintenant et nous voyons donc les prix des CDS souverains américains monter en flèche (essentiellement des paris/assurances sur le risque de défaut de la dette publique américaine). »

Thomas Callum – ChartStorm : « Conditions financières : Outre le risque budgétaire, le risque monétaire est également sur la table — le net rebond des conditions financières montre à quel point le sauvetage des banques américaines a été un succès retentissant (à court terme). Et l’effet collatéral ? Les hausses de taux sont désormais de retour sur la table dès la première semaine de mai alors que la Fed notera sans doute le grand assouplissement des conditions financières… »

Thomas Callum – ChartStorm : « Et la vague de liquidités de courte durée se retire aussi vite qu'elle s'est présentée. À première vue, toutes choses égales par ailleurs, cela ressemble à une mauvaise nouvelle pour les marchés. »

Thomas Callum – ChartStorm : « Consensus sur les perspectives de bénéfices : Malgré toutes les prévisions sombres sur l'économie (y compris de ma part), les analystes de Wall Street voient toujours la récession actuelle des bénéfices comme une petite bosse sur la route. Je pense que cette ligne bleu clair reste probablement la même forme, mais probablement que le creux sera un peu plus bas. »

Positionnement des marchés actions

Thomas Callum – ChartStorm : « Sentiment des investisseurs : la majorité des répondants à l'enquête NAAIM sont optimistes et montrent une volonté très claire de se joindre au moindre indice haussier (personne ne veut être laissé sur le bas côté s'il s'agit d'un nouveau marché haussier !). »

Thomas Callum – ChartStorm : « Cycles de deleveraging de la dette sur marge : l'expansion du levier par rapport à la contraction a été un indicateur utile, par ex. le chemin emprunté par l'indicateur en 2020/21 était très similaire à ce qu'il a fait autour des pics dot com et subprime. Mais maintenant que dit-il ? »

Thomas Callum – ChartStorm : « Généralement, lorsque la contraction du levier (ou deleveraging) se produit, puis change de direction, comme en ce moment, c'est bon signe. L'exception serait le marché baissier récessionniste du début des années 2000, où tout ce qu'il a fait était d'aider à signaler les rallyes du marché baissier. Le signal haussier le plus fiable survient lorsqu'il est en territoire négatif, puis redevient positif (il reste encore du chemin à parcourir avant cela).

En dehors de cela cependant, en regardant simplement le positionnement général de l'endettement, nous pouvons voir que oui, il y a effectivement eu un deleveraging, mais seulement jusqu'à l'extrémité inférieure de la fourchette. »

Thomas Callum – ChartStorm : « Les gens croient encore au scénario haussier. Et le nombre de personnes qui plaident en faveur d'un nouveau marché haussier me dit que le sentiment général est encore assez partagé (peut-être même majoritairement haussier). Par conséquent, le marché reste vulnérable en cas de ralentissement économique et/ou de crise. »

Etienne de Marsac – Gérant Global Macro Sunny AM : « Bien que les humains soient de plus en plus shorts, il y a eu une augmentation récente de l'effet de levier par les hedge funds. Ces positions opposées ont réussi à maintenir les indices américains dans une fourchette étroite, atténuant la volatilité. Cela a conduit à un cycle de boucle de rétroaction positive et à une fausse perception de sécurité. »

Actifs tangibles à long terme

Lisa Abramowicz : « Les achats d'or de la banque centrale ont atteint leur plus haut niveau depuis 1967. »

Lyn Alden : « Dans la saga de l'inflation des années 1940, les prix des logements ont connu une augmentation progressive, puis sont restés à ce plateau pendant deux décennies. »

Lyn Alden : « L'ensemble des données passe d'annuel à mensuel en 1953. Le 1er graphique montre la période annuelle de 1890 à 1953. Le 2e graphique montre les données 1890-2023. »

Cet article ne constitue pas un conseil en investissements. Les propos cités n'engagent que leurs auteurs. Pour tout conseil en investissements, veuillez faire appel à une consultation personnalisée. Thinkcgp.com, Andy Bussaglia et Mon Bureau Patrimonial déclinent toute responsabilité en cas de préjudice causé par des investissements qui auraient été inspirés par la lecture des articles. Vous devez toujours garder à l'esprit : que l'investissement peut impliquer un risque important de perte en capital ; que le rendement de tout instrument financier mentionné sur ce site Internet peut être volatil et peut évoluer à la hausse comme à la baisse; que les performances passées ne préjugent pas des performances futures ; que les taux de change peuvent avoir un impact sur la valeur des investissements ; et que si vous avez des doutes concernant toute Information, vous devriez consulter votre conseiller en gestion de patrimoine.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK