Return to site

L'actualité des marchés financiers

Les investisseurs encore fortement positionnés en actifs risqués doivent-ils couper leurs positions ?

 

Des nouvelles du "carnage obligataire"

 

Pas au bout de nos peines

 

Stagflation sur tous vos écrans

 

Immobilier : effondrement, ou hedge contre l'érosion monétaire/valeur refuge ?

· Actualité financière

Les investisseurs encore fortement positionnés en actifs risqués doivent-ils couper leurs positions ?

SentimenTrader : « Au cours des 25 dernières années, il n'y a pas eu tant de jours où toutes les grandes actions technologiques ont chuté.

Mardi, c'en était un - chaque membre du Nasdaq 100 a chuté.

Bon moment pour vendre ? Eh. »

Performances historiques du Nasdaq faisant suite aux déclins de toutes ses composantes, une semaine après, 2 semaines après, etc... :

broken image

Tom McClellan : « Pourquoi 2022 voit-il un marché baissier ? Réponse courte : Liquidité. La Fed retire le bol de punch et le Congrès retire trop d'argent de l'économie sous forme d'impôts. Chaque fois que les impôts dépassent 18 % du PIB (depuis les années 1930), nous avons une récession. À chaque fois. »

broken image

Des nouvelles du "carnage obligataire"

Lisa Abramowicz : « Les marchés commencent à prendre conscience de ce que les responsables de la Fed ont répété au cours des dernières semaines : ils augmenteront les taux, peut-être au-delà de 4 %, et cela causera probablement des difficultés économiques. Les rendements américains à 2 ans sont maintenant au plus haut depuis octobre 2007, les rendements réels ouvrant la voie. »

broken image

The Daily Shot : « Les paiements d'intérêts sur la dette fédérale US augmentent rapidement à mesure que la Fed augmente les taux. »

broken image

Jim Bianco : « Mise à jour sur le carnage du marché obligataire :

Le rendement total de l'indice Bloomberg Global Aggregate a atteint aujourd'hui un nouveau plus bas pour l'année. Il est maintenant en baisse de 16,93 % depuis le début de l'année.

À quel point est-ce époustouflant ?

Le S&P 500, qui connaît une année extraordinairement mauvaise, est en baisse de 17,50 % depuis le début de l'année. »

broken image

Jim Bianco : « Des pertes obligataires de cette ampleur étaient considérées comme impossibles avant cette année.

Mais une inflation au plus haut depuis 40 ans, une hausse de taux ultra-agressive de la banque centrale, et des taux d'intérêt (coupons) historiquement bas et négatifs constituent un cocktail dangereux pour les investisseurs obligataires.

Son drawdown est désormais de 21% »

broken image

Jim Bianco : « L'indice agrégé américain n'est pas à un nouveau creux annuel, mais il s'en rapproche.

Depuis le début de l'année, il est en BAISSE de 12,10 %. »

broken image

Jim Bianco : « La baisse globale des États-Unis est de 13,5 % et est encore pire maintenant que son point le plus mauvais en 1980.

46 ans de données, et c'est la pire période de tous les temps !

Moche!!! »

broken image

Pas au bout de nos peines

Jim Reid – Deutsche Bank : « Il y a beaucoup de choses sur lesquelles je me suis trompé dans ma carrière, et beaucoup de choses sur lesquelles je vais encore me tromper, alors excusez-moi d'avoir noté que nous avons été si loin en avance sur le chemin que la Fed devra parcourir dans ce cycle pour apprivoiser l'inflation. La vue de la maison de Matt Luzzetti a été en avance sur le consensus toute l'année, et dans notre article d’avril, David Folkerts-Landau, Peter Hooper et moi-même avons présenté une vision plus agressive suggérant que les Fed Funds devraient probablement se situer dans la fourchette de 5 à 6% pour maîtriser l'inflation, ce qui, dans le processus, créerait une profonde récession en 2023. La majorité était incrédule à l'époque, mais nous nous rapprochons de plus en plus des prix du marché pour un tel résultat en ce qui concerne le pic des fonds fédéraux (actuellement environ 4,4 %).

Ce matin, l'économiste en chef américain de la DB, Matt Luzzetti, a mis à jour ses prévisions de taux terminal à 4,9 % sur la base d'un article abordant deux approches pour calibrer le taux terminal approprié. Les deux approches - comparant le taux nominal des fonds fédéraux à l'inflation et à une série de règles politiques communes - suggèrent qu'un taux des fonds fédéraux à ou autour de 4,5% pourrait être requis d'ici le début de l'année prochaine. Compte tenu des considérations de gestion des risques, un taux proche de 5 % sera probablement nécessaire. En tant que tel, il est maintenant attendu à ce que le taux directeur de la Fed culmine à 4,9 % au premier trimestre de l'année prochaine.

Alors que la modélisation que l'équipe de Matt a présentée dans la note est plus sophistiquée, en termes plus simplistes, comme le montre le graphique d'aujourd'hui, les fonds fédéraux nominaux dépassent toujours l'inflation en fin de cycle et à mesure que les prévisions de base du PCE sont mises à jour, cela suggère un taux terminal qui doit se rapprocher de 5 % pour être cohérent avec la tendance historique.

Ils publieront bientôt tous les détails du chemin vers le terminal dans leur note d'aperçu du FOMC de septembre. Ainsi, malgré la récente forte hausse du pricing de marché de la Fed, cette analyse indique un risque à la hausse significatif supplémentaire pour les anticipations de taux terminaux.

En parlant de mises à jour, DB Francis Yared a mis à jour ses prévisions du Bund hier. Il prévoit désormais un rendement du Bund à 10 ans de 2,25 % au deuxième trimestre 2023 et un maintien autour de ce niveau pour le reste de l'année. »

broken image

Lisa Abramowicz : « Ray Dalio voit les taux augmenter "vers le haut de la fourchette de 4,5% à 6%". Il calcule qu'une hausse des taux à environ 4,5 % entraînerait une chute de près de 20 % des cours des actions. »

Nassim Taleb : « Je pense que nous avons eu 15 ans de Disneyland qui ont fondamentalement détruit la structure économique. Vous nuisez à l'économie... créez des tumeurs comme bitcoin. Il y a eu à un moment donné un taux d'actualisation. Toutes ces notions échappent à la nouvelle génération. »

Hussman : « Entendu sur CNBC: "Chaque fois que l'inflation a culminé au-dessus de 6%, le creux du marché était déjà atteint." J'ai utilisé le CAPE de Shiller dans ce tableau, car l'utilisation de mesures encore plus fiables vous embêterait. »

broken image

Stagflation sur tous vos écrans

The Daily Shot : « La zone euro est confrontée à la stagflation alors que la BCE accélère les hausses de taux. »

broken image

Liz Ann Sonders – Charles Schwab & co : « Le pourcentage de petites entreprises affichant des tendances positives en matière de bénéfices continue de plonger et est résolument en récession »

broken image

Immobilier : effondrement, ou hedge contre l'érosion monétaire/valeur refuge ?

Les Bons du Trésor américain à 6 mois rapportent désormais essentiellement la même chose que l'achat et la location d'une maison en aux Etats-Unis (ici le « Cap Rate »).

Ventes massives des investisseurs immobiliers à venir ? Surtout parmi les propriétaires à Wall Street ? Mais les obligations, elles, ne constituent pas un actif tangible et seront assujetties à la forte érosion monétaire qui semble être devant nous…

broken image

Cet article ne constitue pas un conseil en investissements. Les propos cités n'engagent que leurs auteurs. Pour tout conseil en investissements, veuillez faire appel à une consultation personnalisée. Thinkcgp.com, Andy Bussaglia et Mon Bureau Patrimonial déclinent toute responsabilité en cas de préjudice causé par des investissements qui auraient été inspirés par la lecture des articles. Vous devez toujours garder à l'esprit : que l'investissement peut impliquer un risque important de perte en capital ; que le rendement de tout instrument financier mentionné sur ce site Internet peut être volatil et peut évoluer à la hausse comme à la baisse; que les performances passées ne préjugent pas des performances futures ; que les taux de change peuvent avoir un impact sur la valeur des investissements ; et que si vous avez des doutes concernant toute Information, vous devriez consulter votre conseiller en gestion de patrimoine.