Revenir au site

L'actualité des marchés financiers

Quelle prime de risque sur les actions aujourd'hui ?

Or et taux réels

Inflation : des points de vue plus nuancés

Trading sur marge, flux ETF... Tout le monde est à fond sauf les insiders

Dette

Discours de Powell - Une FED qui ne doute de rien

Le cas Huarong, la "very bad bank" chinoise

· Actualité financière

Prime de risque sur les actions par rapport aux taux US 10 ans, ou pourquoi on entend dire que si les taux montent, c'est la catastrophe assurée :

Jeroen Blokland : "Comparé aux taux réels, l'or a baissé un petit peu trop" :

Inflation : des points de vue plus nuancés

Lisa Abramowicz : Les traders doublent leurs attentes d'une reprise à court terme de l'inflation suivie d'un grand ralentissement. L'écart entre les taux d'équilibre à 30 ans et à 2 ans est toujours fortement inversé:

Une lecture possible : Les taux d’intérêt pourraient encore augmenter si les indicateurs d’activité à venir s’avèrent élevés, et accompagnés de chiffres d’inflation alarmants au cours des prochaines semaines.

L’inflation pourrait revenir à des niveaux plus bas à la sortie de la pandémie, sous le poids de tensions déflationnistes structurelles (démographiques, technologiques, endettement) - auxquelles s’ajouterait une éradication plus lente que prévu de la Covid-19 à l’échelle mondiale.

Michael Lebowitz : "La vélocité de la monnaie est en baisse depuis 25 ans. Cela est dû à des niveaux d'endettement excessifs, à une faible croissance de la productivité et à une démographie médiocre. Le résultat est une croissance économique en baisse.

À l'avenir, la flambée de la dette improductive liée au COVID et l'augmentation de l'effet de levier dans le système entraveront davantage la vitesse monétaire. Des sauts temporaires de hausse de l'inflation sont possibles en raison de problèmes de ligne d'approvisionnement et de mesures de relance budgétaire, mais les perspectives à long terme restent désinflationnistes pour le moment."

Trading sur marge, flux ETF... Tout le monde est à fond sauf les insiders

Les emprunts destinés à trader sur marge sont au plus haut, la prise de risque est à son maximum :

Financial Times : La flambée des flux dans les ETF a atteint 1 000 milliard de dollars lors d'une séquence record de 12 mois.

Pendant ce temps, les insiders (les cadres dirigeants qui détiennent des actions de leur propre société) sont à la vente sur leurs propres titres :

Toujours plus de dettes pour moins de croissance

Discours de Powell

Bloomberg : "Nous atteindrons le moment où nous réduirons les achats d'actifs lorsque nous aurons fait de nouveaux progrès substantiels vers nos objectifs à partir de décembre dernier, lorsque nous avons annoncé cette orientation", a déclaré Powell mercredi lors d'un événement virtuel organisé par l'Economic Club of Washington. « Ce serait selon toute vraisemblance avant - bien avant - le moment où nous envisageons d'augmenter les taux d'intérêt. Nous n’avons pas voté sur cet ordre, mais c’est le sens de la voie à indiquer. »

[…]

Les décideurs politiques attendront que l'inflation atteigne durablement 2% et que la reprise du marché du travail soit complète avant d'envisager de relever les taux d'intérêt, et il est peu probable que la combinaison se produise avant 2022, a-t-il déclaré. Leurs prévisions du mois dernier indiquaient des taux proches de zéro jusqu'en 2023.

[…]

Powell a ajouté qu'il ne pense pas que la Fed vendrait réellement des obligations sur le marché, ce qu'elle n'a pas non plus fait lors de la reprise après la crise financière de 2008.

Inflation

Reuters : Williams de la Fed de New York: "La Fed dispose d'outils pour faire face à une inflation élevée". Intéressant... Quand on sait que l’ancien président de la Fed, Paul Volcker, a dû augmenter les taux d'intérêt à court terme à près de 20% pour vaincre l'inflation tandis que les autorités actuelles auraient trop peur de les augmenter au-dessus de 2 % étant donné qu’ils ont laissé les choses aller trop loin…

Prix ​​à l'importation aux États-Unis en mars + 6,9%, le plus élevé depuis janvier 2012.

Prix à l'exportation + 9,1%, le plus élevé depuis septembre 2011.

Le cas Huarong, la "very bad bank" chinoise

Bloomberg : La very bad bank chinoise: dans les coulisses de la débâcle de la dette de Huarong.

 

«Un défaut dans une entreprise publique centrale comme Huarong est sans précédent», a déclaré Owen Gallimore, responsable de la stratégie de crédit chez Australia & New Zealand Banking Group. Si cela devait se produire, a-t-il dit, cela marquerait «un tournant décisif» pour les marchés du crédit chinois et asiatiques.

The Daily Shot : Défaut à venir ? Le marché obligataire le pense.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK