Revenir au site

L'actualité macro-économique au 03/03/2021

Que s'est-il passé la dernière fois que le sentiment sur les mines d'or a été aussi négatif ?

Flux sur les marchés actions

Les effets de l'helicopter money sur les marchés financiers

SPAC

Bulle ou pas de bulle ?

Taux, différentiel BCE/FED et pression sur les émergents / matières premières

Macro US

· Actualité financière

Or et mines d'or

Le sentiment sur les mines d’or (GDX) est désormais à des niveaux de pessimisme que nous n'avons vu que deux fois cette décennie ... La dernière fois, le GDX a pris quasiment 100 % en seulement quelques mois.

Financial Times : L'or atteint son plus bas niveau en huit mois alors que les rendements obligataires plus élevés réduisent son attrait.

Avis personnel : Vendre l'or sur les niveaux actuels pour aller chercher du rendement sur des obligations émises par les gouvernements avec de tels niveaux de dettes publiques, c'est un peu comme aller ramasser des centimes devant un rouleau compresseur.

D'ailleurs, comment certaines entreprises sont-elles moins rentables maintenant qu'elles ne l'étaient avant la pandémie, mais valent 2 à 3 fois plus, et certaines (# mines d’or #goldminers) 2 fois plus rentables qu'avant la pandémie, mais chutent en dessous de leur évaluation de février 2020 ?

Flux sur les marchés actions

Bloomberg : Les investisseurs ont investi un record de 86 milliards de dollars en ETF actions en février.

"Les investisseurs finaux achètent beaucoup au sommet et très peu au plus bas." - Bob Farrell

Agefi Actifs : La crainte d’une bulle dans le non-coté ressurgit.

Helicopter money : les chèques de relance américains investis en bourse ?

Jim Reid – Deutsche Bank : Il ne fait aucun doute que les forces agissant sur les marchés financiers en 2021 seront assez extrêmes - réouvertures, demande massive refoulée, croissance américaine la plus forte depuis le début des années 1980, énorme liquidité de la banque centrale et probablement un énorme paquet budgétaire Biden. Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que les marchés s'inquiètent des taux et de l’inflation.

Alors que la hausse des taux constitue une menace pour tous les actifs à risque, il convient de souligner qu'une grande partie des chèques de relance américains à venir se retrouvera probablement dans les actions. Binky Chadha a publié la semaine dernière une enquête auprès des utilisateurs de comptes de courtage en ligne qui suggéraient qu'ils investiraient environ 37% des futurs chèques de relance sur le marché boursier. Le rapport complet contient de nombreuses autres statistiques fascinantes sur ce groupe d'investisseurs de plus en plus important. Derrière la récente poussée de l'investissement de détail se cache une cohorte plus jeune, souvent agressive, qui n'a pas peur d'employer l’effet de levier.

Étant donné que les chèques de relance sont actuellement inscrits à environ 405 milliards de dollars dans le plan de Biden (avant les révisions du Sénat), cela nous donne un maximum d'environ 150 milliards de dollars qui pourraient être investis dans les actions américaines sur la base de notre enquête. De toute évidence, seule une partie des destinataires ont des comptes de trading. Si nous estimons cela à environ 20% (sur la base de certaines hypothèses historiques), cela fournirait encore environ 30 milliards de dollars de puissance de feu - et c'est avant de parler de toute augmentation possible des plans 401k en dehors des comptes de trading.

Pour le contexte, Parag Thatte, de l’équipe de Binky, m’a dit qu’au cours des cinq dernières années, les fonds communs de placement et les ETF ont en fait enregistré des sorties mensuelles de -9,1 milliards de dollars sur les actions américaines. Les acheteurs ont été les entreprises qui effectuent elles-mêmes des rachats d’actions. Cependant, au cours des quatre derniers mois qui ont suivi la victoire de Biden, ce nombre est passé à plus de 15 milliards de dollars par mois (un quasi-record).

Les chèques de relance pourraient donc accélérer les flux importants vers les actions américaines observés ces derniers mois après de nombreuses années de données de flux faibles. Cela suffira-t-il à compenser tout impact des taux plus élevés? Attendez-vous à ce que cette poussée / traction continue pendant un certain temps.

Spac Land, hors de contrôle

Les introductions en bourse des SPAC, les fameuses coquilles vides, deviennent hors de contrôle. Un autre signe de la bubulle en cours. Aperçu des introductions en bourse sur la seule journée d'hier :

Bulle ou pas bulle ?

Bloomberg : "Sur le simple rapport cours / ventes, le marché global est le plus cher de tous les temps, et le secteur de la technologie est presque aussi cher qu'il l'était au sommet de la bulle Internet de 2000".

Les actions américaines sont historiquement chères selon de nombreuses mesures, mais elles ne semblent pas être dans une bulle lorsque l'on tient compte des mesures de la liquidité mondiale :

Taux

David Kostin - Goldman Sachs : "Les rendements des bons du Trésor à 10 ans pourraient atteindre 2% sans impact sur la valorisation des actions américaines."

The Daily Shot : Le marché est-il trop « hawkish » (s’attendre à une remontée des taux notamment pour lutter contre l’inflation NDRL) sur le moment et le rythme des hausses de taux de la Fed ?

Jeroen Blokland : Le président de la Fed, Jay Powell, a souligné la volonté de la banque centrale américaine de laisser l’inflation dépasser les limites pour faciliter le retour au « plein emploi ». Bien que cela implique des conditions monétaires souples à l'avenir, il a été moins expressif sur le sujet que la Banque centrale européenne. Plusieurs membres du Conseil des gouverneurs de la BCE se sont dit inquiets de la hausse des rendements réels et de leur volonté d’ajouter encore plus de mesures de relance si nécessaire. En conséquence, les rendements obligataires entre les États-Unis et la zone euro ont recommencé à diverger, exerçant une pression à la hausse sur le dollar américain.

Le fait que de nombreux investisseurs soient short de dollar américain pourrait accroître cette pression, ce qui serait défavorable pour les matières premières ainsi que pour les marchés émergents, qui ont tendance à surperformer lorsque le dollar baisse.

Activité US

The Daily Shot: Le rapport ISM Manufacturing PMI a dépassé les prévisions du marché, montrant une accélération de l'activité des usines américaines en février :

Le rapport fait état d’une poursuite de l’accroissement dans la production industrielle du pays :

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK