Return to site

Parutions presse - 4e trimestre 2016

Concours d'allocation d'actifs - Magazine Investir

Parution Les Echos / Investir / Le Journal des Finances

Parution web sur le site d'Investir en cliquant ici 

Parution H24 Finance

Publié le 26 Octobre 2016 - Voir l'article sur le site H24 Finance
 

Andy Bussaglia, associé gérant de Family Patrimoine à Grenoble, a remporté le dernier concours OPCVM organisé par l’Unep et Quantalys avec Investir. Le but du jeu était de dégager la meilleure performance sur onze mois à partir du 1er octobre 2015 en faisant ses arbitrages au sein de l'univers des OPCVM. Andy Bussaglia a réalisé une performance de +17,3% contre un CAC40 globalement stable bien que volatil sur la même période. Nous lui posons aujourd’hui nos questions.

H24 : Quels sont les fonds que vous avez choisis et qui ont le plus contribué à cette performance de +17,3% en onze mois ?

Andy Bussaglia : Les marchés ont été troublés à la fois par la baisse des prix du pétrole, par des tensions sur le yuan et sur le système financier chinois, et par les hésitations de Janet Yellen à remonter ou non les taux directeurs.

Dans ce contexte, mes positions contrariantes au travers du fonds Elan France Bear et du fonds Tocqueville Gold se sont révélées extrêmement profitables en comparaison de la baisse de 20 % subie par le CAC 40 entre le 1er novembre 2015 et le 7 février 2016.

Durant les phases de rebond, d’autres fonds achetés et vendus avec un bon market timing m’ont également permis de réaliser des gains substantiels, à l’instar d’H2O Multistratégies.

H24 : Parmi vos choix se trouvent un fonds « Bear » pour parier sur une baisse des marchés, et un fonds sur le secteur de l’or. Faut-il en déduire que vous êtes par nature plutôt pessimiste sur l’orientation des marchés ?

Andy Bussaglia : Non, j’essaie simplement d’acheter des fonds qui me semblent receler un potentiel de performance intéressant.

La thématique des minières aurifères par exemple, a essuyé un drawdown phénoménal pendant 5 années. Il s’agissait d’une classe d’actifs qui recelait à mon avis un potentiel de performance extrêmement important eu égard à un ensemble de données que je ne pourrais énumérer ici, mais que vous pouvez retrouver sur mon blog financier : http://www.thinkcgp.com/blog/que-penser-des-minieres-auriferes.

Dans ce monde financier si complexe, il me semble important de prendre du recul et de bien identifier le potentiel de performance (achète-t-on un actif à un prix qui semble intéressant eu égard à sa valeur intrinsèque ?) ainsi que les risques qui pourraient entraîner une perte de valeur sur cette même classe d’actifs. Avec ce raisonnement, en octobre 2015 ; je préférais acheter des minières aurifères plutôt que des actions européennes par exemple. Mais il ne s’agissait pas de la seule thématique rentrée en portefeuille.

Un CGP a une position d’acheteur et de consolideur d’expertises. L’univers des OPCVM nous permet de donner la possibilité à nos clients d’investir sur un ensemble de thématiques dans le cadre de gestions opérées par les meilleures expertises de la place.

De mon point de vue, il est du devoir du CGP de construire une allocation équilibrée et adaptée aux forces en présence, et notamment de définir quand un fonds doit être inséré dans une allocation, et à quel moment il doit être sorti, quelle que soit la thématique d’investissement travaillée. Une partie importante de la valeur ajoutée du CGP réside ici.

H24 : Avez-vous appliqué ou conseillé ces mêmes choix d’investissements aux clients dont vous participez à gérer le patrimoine ?

Andy Bussaglia : L’allocation d’actifs réalisée dans le cadre du concours obéissait à une logique d’investissement 100% UC dont l’objectif était de maximiser la performance. De manière générale, les portefeuilles de nos clients sont construits selon une approche souvent plus sécuritaire et plus diversifiée, en fonction du cadre d’investissement et du profil d’investisseur défini au préalable.

Sur la partie « dynamique » de nos allocations, nous avions effectivement intégré des stratégies contrariantes dans la mesure où, d’une part, le couple rendement-risque de ces classes d’actifs nous semblait intéressant, et d’autre part, nous étions en mesure de proposer l’intervention d’une expertise reconnue en la matière.

C’était le cas pour les minières aurifères. Les fonds bear quant à eux, nous permettent de couvrir, dans une certaine mesure, des portefeuilles exposés, et/ou d’intégrer des logiques d’investissement contrariantes.

Enfin, les fonds flexibles multi-classes d’actifs comme H2O Multistratégies sont également utilisés et dosés à bon escient. Bien évidemment, dans la « vraie vie », nous utilisons également de nombreux autres OPCVM (près d’une centaine) pour construire nos allocations.

Propos recueillis par H24 Finance.

Parution Investissement Conseils

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly