Revenir au site

Pourquoi l'or baisse ?

En phase de correction des marchés actions, voire de bear market, il n'est pas rare que l'or baisse pendant un certain laps de temps. L'or est liquidé par les fonds d'investissement pour honorer les demandes de retraits inhabituellement importantes, et les positions spéculatives se débouclent de toute part.

La chambre de compensation a augmenté les appels de marge pour réduire la volatilité, obligeant les spéculateurs qui avaient des positions importantes à les couper.

D'autres facteurs techniques peuvent jouer : les métaux précieux dont l'or font partie de grands indices couvrant aussi le pétrole et les métaux de base. En réduisant leur exposition à ces derniers, les vendeurs pèsent sur les cours des premiers.

Ainsi, de février à octobre 2008, en pleine tourmente financière, l'or baisse de 26 %.

il reprendra ensuite une ascension folle pour prendre 155 % jusqu'aux plus hauts en août 2011.

A titre de comparaison, entre mai 2007 et février 2009, le CAC 40 a baissé de 55 %. Il reprendra 52 % jusqu'en février 2011 (la baisse n'est pas compensée, quand on baisse de 50 %, il faut remonter de 100 % pour retrouver le niveau initial).

Cette semaine, nous assistons à une baisse des marchés d'une ampleur jamais vue depuis 2008, en raison de la crise du coronavirus. Est-ce que la baisse va s'accentuer ? Impossible à dire à ce stade.

D'un point de vue financier, le système a tenu bon ces dernières années grâce aux politiques monétaires extrêmement accommodantes mises en oeuvre par les banques centrales. Il ne faudrait pas que cette crise du coronavirus vienne perturber cet équilibre si instable...

Nous l'avons vu plus haut, la baisse de l'or a duré plusieurs mois en 2008. Dans l'hypothèse d'un marché baissier aujourd’hui, est-ce que ce scénario peut se répéter ? Possible, mais pas certain : le contexte n'est pas du tout le même. En 2008, le niveau élevé des taux de l'époque permettait de trouver facilement des refuges sur les obligations d'état. Aujourd'hui, les taux réels sont largement négatifs, ce qui est très favorable à l'or.

En cette période de taux négatif, l'attractivité des obligations d'état est beaucoup moins évidente dans une perspective de long terme, et les marges de manœuvre monétaire sont moins importantes. Le bund allemand 10 ans est à -0.60 %, l'OAT française 10 ans se traite à -0.30 %.

Nous sommes à des niveaux extrêmes. Est-ce qu'on va aller plus loin ?

Plus de taux négatifs, plus d'innovations monétaires, plus de liquidités ?

L'avenir nous le dira...

Andy BUSSAGLIA

Ces propos n’engagent que son auteur et ne constituent pas un conseil en investissements.

Pour tout conseil en investissements, veuillez faire appel à une consultation personnalisée.

Vous devez toujours garder à l'esprit :

• que l'investissement peut impliquer un risque important ;

• que le rendement de tout instrument financier mentionné sur ce site Internet peut être volatil et peut évoluer à la hausse comme à la baisse;

• que les performances passées ne préjugent pas des performances futures ;

• que les taux de change peuvent avoir un impact sur la valeur des investissements ; et

• que si vous avez des doutes concernant toute Information, vous devriez consulter votre conseiller en gestion de patrimoine.

Nous vous rappelons que les unités de comptes présentent un risque pour l'épargnant : en cas de baisse des marchés, la valeur du contrat peut, selon les supports choisis, également baisser ; l'épargnant peut retrouver un capital global inférieur à l'épargne versée.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK