Revenir au site

Les marchés montent, normal ? Explications en quelques graphiques simples

Il y a des liquidités, les banques centrales sont à la manœuvre. Les marchés montent sur les assouplissements monétaires. Il n'y a rien de plus compliqué à comprendre. Les rumeurs de vaccin, les publications de résultat des entreprises "moins pire que prévu" etc sont des prétextes. Ci-dessous l'évolution comparée de la taille des bilans des banques centrales avec le principal indice actions monde :

"Au plus fort du Quantitative Easing, la FED achetait 120 milliards de dollars de bons du Trésor tous les mois. Aujourd'hui elle achète 70 milliards de dollars par JOUR" - Deutsche Bank :

Et elles en ont encore sous le pied. Il semblerait que nous pourrions avoir droit à quelques shoots de morphine supplémentaires :

Les banques européennes devraient bénéficier d'assouplissement des règles comptables afin de libérer des capitaux pour faciliter le crédit sans avoir à augmenter en proportion les provisions sur créances douteuses.

Valdis Dombrovskis, le commissaire européen aux Services financiers, devrait proposer en cette semaine de BCE des mesures inspirées des dispositions prises par la Réserve fédérale des Etats-Unis qui inclura un assouplissement des règles de calcul du ratio de levier.

La Fed a notamment autorisé les banques placées sous son autorité à exclure du calcul de ce ratio de solvabilité leurs avoirs en emprunts du Trésor américain et leurs dépôts auprès de la Fed.

Pour les banques européennes, on parle notamment d'assouplissement sur l'application de la norme comptable IFRS9, obligeant les banques à constituer des provisions lors des octrois de prêts puis à les augmenter par la suite en cas d'augmentation du risque de défaut de l'emprunteur.

Les bancaires rebondissent fort depuis le début de semaine (+ 15 % sur le SX7E à l'heure où ces lignes sont écrites).

Sur les marchés obligataires de la dette d'entreprise, il semblerait que certains émetteurs prévoient des publications catastrophiques, et préfèrent émettre avant de ne plus pouvoir faire appel au marché :

Plus de dettes pour soigner nos problèmes engendrés par l'accumulation de dettes.

Jusqu'ici, tout va bien.

Loin de moi l'idée de critiquer les banques centrales. Elles naviguent à vue, prises dans l'engrenage du "toujours plus de dettes". Il n'y a pas de solution miracle à 50 ans d'accumulation de dettes et de financiarisation de l'économie. Il n'y aura pas de retour en arrière. On est dans l'expérimentation, dans l'inconnu. On va aller au bout. Tout au bout.

Allez, un peu de "philosophie financière". J'ouvre un petit peu la réflexion.

Ce graphique est un travail de Hussman qui fait partie de ceux à écouter selon moi. Ce qu'il faut retenir de ce graphique : sur un horizon long terme (10 ans), à ce point d'entrée, il ne faut rien attendre en termes de rentabilité sur les marchés actions. Bien évidemment il s'agit d'une vue générale, et bien entendu que le marché recèle certaines opportunités dans cet environnement mouvant. Il faut distinguer le bon et le mauvais. Il y aura des gagnants et des perdants.

Mais en raisonnant global, il n'y aurait pas de rendement à attendre. Les marchés seraient-ils en train de pricer une destruction de la monnaie telle qu'on la connaît sous sa forme actuelle ? Préférer être investi en actions (qui constituent des actifs réels, si j'achète des actions, je deviens propriétaire d'une société qui pourra éventuellement ajuster ses prix en période d'inflation) quitte à ne pas en attendre de rentabilité sur un horizon 10 ans, supporter la volatilité, plutôt que de rester en cash, ou sur des obligations souveraines à taux négatifs qui seront remboursées à terme en "euros d'aujourd'hui" (comprendre monnaie de singe) ?

 

C'est une lecture, disons audacieuse, j'en conviens. Mais cela me semble être une réflexion qui commence à être d'actualité dans cet environnement d'argent gratuit. Mais nous avons sans doute encore du temps pour en reparler. Déflation avant inflation/hyperinflation n'est-ce pas ?

Andy BUSSAGLIA

Ces propos n’engagent que son auteur.

Cet article ne constitue pas un conseil en investissements.

Pour tout conseil en investissements, veuillez faire appel à une consultation personnalisée.

Thinkcgp.com décline toute responsabilité en cas de préjudice causé par des investissements qui auraient été inspirés par la lecture des articles.

Vous devez toujours garder à l'esprit :

• que l'investissement peut impliquer un risque important de perte en capital ;

• que le rendement de tout instrument financier mentionné sur ce site Internet peut être volatil et peut évoluer à la hausse comme à la baisse;

• que les performances passées ne préjugent pas des performances futures ;

• que les taux de change peuvent avoir un impact sur la valeur des investissements ; et

• que si vous avez des doutes concernant toute Information, vous devriez consulter votre conseiller en gestion de patrimoine.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK