Revenir au site

Déluge de liquidités rimera avec destruction du pouvoir d'achat de votre épargne

Face à la crise économique et financière déclenchée par le Covid19, les banques centrales ont et vont continuer de déverser des déluges de liquidités.

 

Rien qu'en Europe, la BCE va injecter 750 milliards d'euros.

 

Aux Etats-Unis, la FED va intervenir de manière "illimitée". Rien que ces derniers jours, c'est 400 milliards d'USD qui sont sortis de la printing press. Et ça ne fait que commencer.

 

L'"helicopter money", concept inimaginable il y a encore quelques temps de cela, va être mis en place aux US et au Japon : jusqu'à 3 000 dollars par ménage reçus directement dans la boîte aux lettres.

 

En tout, le G20 a indiqué injecter l'équivalent de 5 trillions d'USD en politiques monétaires et budgétaires.

 

Les proportions dépassent l'entendement.

Alors, risque d'inflation ?

Cela fait longtemps que l'on entend parler d'un risque d'inflation. Les zéros ajoutés sur les livres de comptes, ce n'est pas nouveau. Malgré les Quantitative Easing (QE) mis en place au lendemain de la crise des subprimes en 2008 et de la crise des dettes souveraines en 2011... Elle n'est toujours pas arrivée l'inflation. Cette fois, c'est différent ?

Eh bien en quelque sorte, oui.

Cette fois-ci, les injections monétaires ne vont pas rester cantonnées au monde financier, en circuit fermé. Auparavant on gonflait le bilan des banques centrales. Les sommes fraîchement imprimées profitaient aux monde financier (marchés actions et obligataire, immobilier, accroissement du levier, politiques d'ingénierie financières et rachats de titres). Mais ça, c'était avant. Désormais il est question d'arroser l'économie réelle au travers de plans de soutien aux ménages et aux entreprises. L'helicopter money aux US est l'exemple le plus parlant. Les gens vont recevoir de l'argent dans leur boîte aux lettres !

De plus, cela se fait dans un contexte de pénurie d'offre (ralentissement voire arrêt de l'activité, perturbation des chaînes d'approvisionnement).

Enfin, les politiques monétaires précédemment mises en place l'ont été alors que la Chine exportait de la déflation. Ce paramètre se rééquilibre. L'Empire du Milieu est bien placé pour être exportateur d'inflation dans un futur plus ou moins proche.

Attention, nous ne sommes pas du tout à l'abris d'un choc déflationniste dans un premier temps. L'arrêt de l'activité lié aux confinements... Qui forcera nos élites à un déluge accru de liquidités... All in... L'inflation à terme n'en sera que plus violente.

Un scénario de reprise de l'activité en V ou même en U, en parallèle des injections monétaires massives, peut également présenter un risque inflationniste considérable.

Au delà de tout ceci, l'inflation peut aussi se réveiller par une prise de conscience du public. "Ces trillions de dollars et d'euros fraîchement injectés, finalement, est-ce qu'on se moque de nous ?"

"Quelle valeur a cette monnaie que je détiens finalement ?"

Les humeurs des gens comptent. L'effet de masse.

Et si l'on commence à reparler de "supertaxe Lagarde" sur l'épargne du public, pensez-vous que la capacité des liquidités à préserver de la valeur dans le temps sera préservée ? Attention, elle évoquait largement cette idée en étant au FMI. Maintenant, elle dirige la BCE ! C'est donc probablement "dans les tuyaux" comme on dit.

Le problème est que si le public en prend conscience, les choses pourraient évoluer de manière brutale. Les doutes sur la capacité de la Monnaie à préserver de la valeur...

En ce moment, sur les marchés, "cash is king" : avoir son patrimoine en liquidités permet à ce stade d'éviter les destructions de valeur induites par les chutes boursières et autres joyeusetés tels que d'éventuels défauts sur la dette high yield. Les problèmes de refinancement notamment en dollars semblent malheureusement devant nous.

Cependant, attention à vos liquidités, vos fonds en euros, vos placements à revenus fixes : si l'inflation redémarre fort, ces supports ne permettront pas de conserver le pouvoir d'achat de votre épargne. C'est la désintégration passive.

Heureusement les choses ne vont pas se faire en quelques jours, et vous avez le temps de préparer un plan d'action pour votre épargne. Mais ne tardez pas trop, car on ne sait jamais.

Andy BUSSAGLIA

 

Ces propos n’engagent que son auteur et ne constituent pas un conseil en investissements.

Pour tout conseil en investissements, veuillez faire appel à une consultation personnalisée.

Vous devez toujours garder à l'esprit :

• que l'investissement peut impliquer un risque important ;

• que le rendement de tout instrument financier mentionné sur ce site Internet peut être volatil et peut évoluer à la hausse comme à la baisse;

• que les performances passées ne préjugent pas des performances futures ;

• que les taux de change peuvent avoir un impact sur la valeur des investissements ; et

• que si vous avez des doutes concernant toute Information, vous devriez consulter votre conseiller en gestion de patrimoine.

Nous vous rappelons que les unités de comptes présentent un risque pour l'épargnant : en cas de baisse des marchés, la valeur du contrat peut, selon les supports choisis, également baisser ; l'épargnant peut retrouver un capital global inférieur à l'épargne versée.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK