Revenir au site

Comment sécuriser temporairement votre allocation en assurance-vie ?

En assurance-vie française et luxembourgeoise

· Articles

L'objet de cet article est de donner des pistes pour sécuriser son contrat d'assurance-vie exposé significativement aux actifs risqués (partie importante investie en UC actions, obligations high yield, fonds d'allocation offensifs, émergents...).

L'objet de cet article n'est pas de dire s'il faut sécuriser ou non son contrat d'assurance-vie : ceci est un autre débat.

Traditionnellement utilisés pour sécuriser une allocation financière, les fonds en euros subissent des restrictions croissantes de la part des assureurs.

En effet, certains assureurs vous font subir la perte du bonus de rendement si vous ne respectez pas un ratio d'UC (unités de comptes) défini. Certains vont même jusqu'à imposer des frais sur les arbitrages réalisés en faveur du fonds en euros.

Pour quelqu'un qui ouvre un contrat d'assurance-vie, ou qui verse des fonds sur un contrat déjà ouvert, la tâche se révèle encore plus compliqué : les assureurs imposent désormais un minimum d'investissement en dehors du fonds en euros garanti.

L'épargnant est de plus en plus contraint à prendre des risques sur les marchés, via l'incitation à investir sur les UC.

Dans le cadre des contrats d'assurance-vie luxembourgeois, bien souvent il n'y a aucun fonds en euros disponible à l'investissement. Les allocations en gestion externe peuvent donc être constituées à 100 % d'UC. Cela implique des positionnements de portefeuille très délicats : les souscripteurs de contrats luxembourgeois recherchent en général un cadre plus sécurisé pour leur épargne (bénéfice du triangle de sécurité), mais une gestion à 100 % en UC ne permet pas de bénéficier de garantie totale en capital. Il convient donc de redoubler d'ingéniosité et de réactivité pour bénéficier d'une gestion défensive.

Je n'aborderai pas ici la question de savoir si les restrictions d'accès aux fonds en euros constituent une bonne chose ou une mauvaise chose, ni de savoir si les fonds en euros offraient une si bonne garantie dans le contexte financier actuel (érosion monétaire - baisse continuelle des taux de rendement - risque de défaillance en cas de remontée de taux - loi Sapin II...).

L'objet de cet article est plutôt d'essayer de voir comment nous pourrions utiliser les unités de comptes accessibles en assurance-vie pour sécuriser une allocation dynamique alors qu'en ce moment même, les marchés évoluent sur des niveaux historiquement élevés (en dépit de la nouvelle poussée de volatilité ces dernières heures) et obligent à la plus grande attention.

Première solution : les fonds monétaires en euros ou en francs suisses.

Avantage : Aucun risque pour les supports libellés en EUR, ces supports sont constitués de billets de trésorerie court terme.

Les fonds monétaires libellés en CHF permettent d'obtenir une exposition à l'évolution du franc suisse, qui joue traditionnellement un rôle de valeur refuge lorsque les marchés financiers corrigent. En revanche, le taux de change peut également jouer en votre défaveur si le stress financier disparaît et que l'euro remonte par rapport au franc suisse.

Inconvénient : Le coût de portage, clairement. Dans l'environnement de taux négatifs actuels, et compte tenu des frais de gestion de ces supports, les rendements sont actuellement négatifs. Encore plus sur les fonds libellés en CHF.

De plus, dans le cadre de l'assurance-vie, il convient de prendre en compte les frais de l'enveloppe assurance-vie en elle-même (bien souvent de l'ordre de 0.5 % - 1% selon le niveau de suivi dont vous bénéficiez). Le coût de portage total des fonds de trésorerie est donc extrêmement élevé.

N'oubliez pas de prendre en compte le risque de change si vous choisissez d'inclure des fonds monétaires libellés en CHF.

Deuxième solution : les expertises de niche que sont les fonds de stratégie alternative défensifs.

Exemple avec H2O Largo.

Voici la composition de son portefeuille d'obligations souveraines :

Source : H20 AM - Exposition au 31/01/2020

Il convient de lire le tableau de la façon suivante :

H2O Largo affiche une sensibilité négative de 1.67 aux taux US. Donc si les taux US montent de 1 %, H2O Largo progresse toutes choses égales par ailleurs de 1.67 %.

H2O Largo affiche une sensibilité positive cette fois, de 1.52 aux taux italiens. Donc si les taux italiens baissent de 1 %, H2O Largo progresse toutes choses égales par ailleurs de 1.52 %.

Bien entendu, l'inverse fonctionne : si les taux US baissent, Largo baisse, si les taux italiens montent, Largo baisse également.

Chez H2O, on aime bien dire que Largo ressemble à un autre fonds de la gamme, H2O Adagio, avec un risque divisé par deux.

 

Le risque est supérieur aux fonds monétaires traditionnels, mais la performance également :

Source : H20 AM - Exposition au 31/01/2020

H2O peut éventuellement constituer un support d'attente permettant de sécuriser une allocation. Cependant, il n'est pas à l'abris d'une baisse de l'ordre de 3 % si les marchés donnent tort au positionnement du portefeuille.

Troisième solution : une allocation harmonieuse entre des fonds de trésorerie, des fonds de gestion alternative tels qu'H2O Largo, et pourquoi pas une petite pondération en mines d'or pour bénéficier de leur corrélation au cours de l'or, qui en principe devrait progresser en période de stress financier. Cette possibilité est à double tranchant : elle ajoute un niveau de volatilité considérable au portefeuille, et si l'or baisse, les actions de sociétés aurifères baissent plus. Se référer à mon dernier article sur l'intérêt de la classe d'actifs :

http://www.thinkcgp.com/blog/billet-d-humeur-risk-on-ou-risk-off-les-deux-mon-general

Voici un exemple d'allocation permettant de se couvrir :

30 % Fonds monétaire EUR

30 % Fonds monétaire CHF

30 % Fonds de gestion alternative défensif (H2O Largo)

10 % Actions de sociétés aurifères

Le fonds de gestion alternative défensif et les actions de sociétés aurifères permettent de compenser (potentiellement) le coût de portage des fonds de trésorerie.

 

Cette allocation présente des moteurs de performance (très modérés), avec une prise de risque contenue.

 

J'insiste sur le fait qu'une telle allocation ne permettra probablement pas de réaliser des performances significatives. Il est même possible de perdre de l'argent, notamment si les marchés continuent dans un trend haussier. Mais elle présente l'avantage de ne pas trop perdre en cas de stress important sur les actifs risqués (et même de gagner un petit peu).

Comment une telle allocation se serait comportée dans le passé ?

Compte tenu qu'H2O Largo n'existait pas encore sur les périodes étudiées, cette présentation de performances n'est pas forcément juste, mais elle donne un aperçu :

Source : Quantalys

Un tel portefeuille a le mérite d'être assez bien décorrélé. Voici la table des corrélations correspondante :

Source : Quantalys

Sécuriser temporairement son allocation en assurance-vie est une chose. Le mot "temporaire" a son importance. Plus que jamais, le conseil stratégique, son suivi en continu, et la flexibilité apparaissent déterminants pour répondre aux objectifs patrimoniaux, réaliser des performances significatives, se protéger de l'inflation actuelle ou à venir, tout en évitant autant que possible les pertes en capital dans des marchés volatiles.

Andy BUSSAGLIA

 

Ces propos n’engagent que son auteur et ne constituent pas un conseil en investissements.

Pour tout conseil en investissements, veuillez faire appel à une consultation personnalisée.

Vous devez toujours garder à l'esprit :

• que l'investissement peut impliquer un risque important ;

• que le rendement de tout instrument financier mentionné sur ce site Internet peut être volatil et peut évoluer à la hausse comme à la baisse;

• que les performances passées ne préjugent pas des performances futures ;

• que les taux de change peuvent avoir un impact sur la valeur des investissements ; et

• que si vous avez des doutes concernant toute Information, vous devriez consulter votre conseiller en gestion de patrimoine.

Nous vous rappelons que les unités de comptes présentent un risque pour l'épargnant : en cas de baisse des marchés, la valeur du contrat peut, selon les supports choisis, également baisser ; l'épargnant peut retrouver un capital global inférieur à l'épargne versée.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK